L’arbre et la nymphe

Encore vive, cœur battant du vivant

Sève sans vice, sang criant

Eau douce de la clarté, clairière d’hier

Nymphe de beauté, amère en hiver

Se figeant en hiver prospère et délétère,

Enfermée dans la terre, renaît et arrose

La rose épanouie du printemps d’avant

Le temps d’un soupir, la pluie coule

Et s’écoule sur les feuilles émeraudes,

Elle sourit et rôde loin de l’ennui.

Althea

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s