Manque mémoire

Ton odeur, se blottir contre toi

Me manque à mentir contre moi.

Ton sourire, se réjouir dans le silence

De la présence, à réussir à rire

Dans le manège quotidien des petits riens.

De la présence des absents,

Il ne me reste que des souvenirs d’errances,

Des étoiles d’espérance, des images s’effaçant au soleil levant.

Des rivages aux voiles immobiles, miroirs de la vérité futile.

Amour vivifiant et désarmant, m’ignorant, mon cœur se déchire de n’être qu’un navire

Pour un arc-en-ciel embrassant le firmament, j’espère être plus que ça pour toi.

Je me sens ramassée, ramassis d’âneries, à côté de tes intérêts,

Pourtant toujours prête à t’aider.

L’eau trouble de mes pensées me trouble.

Les vagues d’émotions s’effacent sur le sable, ineffable, effaçable.

La mémoire est fragment de ces quelques moments si agréables.

Althea

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s