Morosité

A mon chevet, la lumière de l’espoir vacille

Au lever, hier est telle une faucille noire,

Ombre de la pensée, je ne fais qu’avancer

Dans la clarté, à la recherche du regard du nouveau-né,

Ombre enlacée, emmêlée dans ses propres idées,

La vie n’est plus que survie, l’amour délaissé,

La culture immobilisée, l’intelligence blessée,

Dans une société où l’image de la mort

Est tel un mauvais sort, un ravage.

Dans la journée, le cauchemar continue tard,

Ajournée, elle a perdu son intérêt, elle renaît

Et cherche à disparaître, envoyant paître

Les experts en tout qui ne sont rien,

Les politiciens sans cœur attisant les frayeurs,

Les repères bousculés pour une vie rallongée

Pour quelques-uns, et détruisant tout sur son passage,

A nous d’écrire un nouveau chemin avec nos mains,

De comprendre le message du Sage avant qu’il ne soit trop tard.

Dans la soirée, je me mets à ruminer,

Tout s’obscurcit dans la nuit,

Je ne suis qu’un puits sans fond,

Un gouffre insondable, un cœur insatiable,

Abîmée de tous les côtés, voulant seulement  dormir dans les bras de Morphée,

Sans avoir peur d’être attaquée par la quotidienne réalité.

Althea

(Poème du 23 janvier 2021)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s